Track #7

What can I do?
It’s gotten me beaten black and blue
Why don’t you know?
You got me moving much too slow

Why can’t you see?
You got me chasing honey bees
You made me fall
Broke me up and took it all
Call me your messed up boy

Just what I’ve found
You knock my body to the ground
Just what I’ve said
You’re tearing up my weary head

Do I still shine
After such a lonely time?
You cut me dead
You nail me down and kick my head
Cut dead your messed up boy

Publicités
Publié dans Non classé | 2 commentaires

Track #6

J’étais au milieu de ma course, et j’avais déjà perdu la bonne voie, lorsque
je me trouvai dans une forêt obscure, dont le souvenir me trouble encore et
m’épouvante. (Dante, l’Enfer, chant Ier)

Publié dans Non classé | 2 commentaires

Track #5

J’ai horreur de tous les métiers. Maîtres et ouvriers, tous paysans, ignobles. La main à plume vaut la main à charrue. – Quel siècle à mains ! – Je n’aurai jamais ma main. Après, la domesticité mène trop loin. L’honnêteté de la mendicité me navre. Les criminels dégoûtent comme des châtrés : moi, je suis intact, et ça m’est égal. (Arthur Rimbaud, une saison en enfer, extrait de « Mauvais sang »)

Publié dans Non classé | 4 commentaires

Track #4

Somewhere in the ghetto where morality died

It’s a rapid response and who hands are tied

Ask the questions later, raise the .45

Press it against his head, watch him beg for his life

Now you’re the judge, the jury and the executioner

Are you’re the judge, the jury and the executioner?

Sealing his fate You’re feeling the hate

You’re feeling the hate, hate, hate, hate

You never asked why it’s two eyes for one eye

Act on instinct, know the truth from a lie

And you spit at the man behind the video lens

In his crazy theme park where the means are the ends

Hate breeds hate and a beat makes a beat

Can this bitter revenge ever be so sweet?

So you’re the judge, the jury and the executioner

Sealing his fate You’re feeling the hate

You’re feeling the hate

Make no mistake, make no mistake

There’s no escape, there no escape

Make no mistake, make no mistake

There’s no escape ’cause you’re feeling the hate

You’re so close to the edge, can you pull back in time?

There’s a voice in your head and there’s a voice from behind

Appealing to reason, to help you to make sense

Of the mess that’s around you

Are you a spanner in the works or part of the plan?

Are you shaking or biting the invisible hand?

Is revenge the the only way that you can make a stand?

It’s not how you fall, it’s how you land

It’s how you land

Are you the judge, the jury and the executioner?

Are you the judge, the jury and the executioner?

Are you the judge, the jury and the executioner?

Are you the judge, the jury and the executioner

Sealing his fate, you’re feeling the hate

Publié dans Non classé | 4 commentaires

Track #3

Poème de la cassure

Je sais la cassure du petit matin, l’aplomb brutal de midi, la sournoise inversion du soir

Je sais le vertigineux à-pic de la nuit et l’accablante horizontalité du jour

Je sais les hauts et les bas, les hauts d’où l’on retombe à coup sûr, les bas dont on ne se relève pas

Je sais que le chemin de la douleur n’a de stations qu’en nombre limité

Je sais le souffle haché, le souffle coupé, l’haleine fétide, les effluves d’air cru et les émanations du gaz de ville 

Je sais les étreintes vides, la semence crachée par dépit sur la porcelaine

Je sais la face du mot qui vous sera renvoyée comme une gifle

Je sais que l’amitié et l’amour n’ont pas d’aubier

Je sais que les amarres rompues, le cou brisé, la semelle usée ont pour commun dénominateur la corde

Je sais que la détonation contient le même volume sonore que les battements de coeur qui bâtissent toute une vie

J’ai vécu pour savoir et je n’ai pas su vivre.

Roger-Arnould Rivière

Publié dans Non classé | 4 commentaires

Track #2

« J’ai avalé une fameuse gorgée de poison. – Trois fois béni soit le conseil qui m’est arrivé ! – Les entrailles me brûlent. La violence du venin tord mes membres, me rend difforme, me terrasse. Je meurs de soif, j’étouffe, je ne puis crier. C’est l’enfer, l’éternelle peine ! Voyez comme le feu se relève ! Je brûle comme il faut. Va, démon ! » (Arthur Rimbaud, une saison en enfer, extrait de « Nuit de l’enfer »)

Publié dans Non classé | 3 commentaires

Track #1

Quand il eut goûté le vinaigre, Jésus dit: « Tout est accompli. » Il pencha la tête et rendit l’esprit. (Evangile selon St Jean)

Publié dans Non classé | 6 commentaires